Agenda08/12/16 Retour à la page d'accueil Contacts Glossaires Plan du site Page précédente Page Suivante Imprimer  
    Présentation / Historique
 
  Lancer la rechercheRecherche avancée












FDSEA du Finistère

5 allée Sully
29322 Quimper Cedex
tél. 02 98 64 02 20
fax. 02 98 95 17 47
fdsea@fdsea29.fr
www.fdsea29.fr

 

 

Historique du syndicalisme finistérien

Années 55 – 60 : La naissance du syndicalisme Finistérien

La FDSEA du Finistère a été créée en 1947 . Son premier président fut Guillaume PEREZ de Bannalec.
Le syndicalisme agricole, sous l'impulsion d'Alexis Gourvennec, s'organise par quartier, puis par arrondissement : c'est l'origine de la gouvernance pyramidale de la FDSEA du Finistère.
A la fin des années 50, après avoir été aux mains des notables pendant une 10aine d'année, la FDSEA se démocratise sous la présidence de Jean Mevellec , et augmente fortement son nombre d'adhérents.
Le CDJA (Centre départemental des Jeunes Agriculteurs) est crée, lui, en 1958 . Son premier président fut Jean Le Bras.

Années 60-62 : Les lois d'orientation agricoles et le désenclavement de la Bretagne

Les lois d'orientation agricole sont insufflées par le syndicalisme. Le désenclavement de la Bretagne commence. Les objectifs sont :

  • L'automatisation du téléphone,
  • La construction des voies express,
  • Le creusement du Port de Roscoff en eau profonde,
  • La mise en place de l'Université de Brest,
  • La construction d'une plate-forme industrielle (seul projet qui n'a pas vu le jour).

Le mot d'ordre de l'époque était : " Il n'y aura pas d'agriculture prospère dans une économie régionale en décadence ".

A cette époque, dès la mise en place des lois d'orientation, deux courants se côtoient dans le syndicalisme agricole :

  • Un courant majoritaire qui a initié ces lois pour la modernisation et l'adaptation de l'agriculture.
  • Un courant parallèle minoritaire qui considère que le paysan est plus proche du prolétaire : les relations avec les organisations économiques sont celles de salariés/entreprises. Les marchés doivent être organisés par l'Etat.Ce courant se développera au sein du CDJA puis de la FDSEA.
Années 60-70 : Des points de vue qui divergent de plus en plus

Les syndicalistes des années 50-60 se sont peu à peu retirés des responsabilités syndicales pour prendre des responsabilités économiques.
Le divorce s'accentue avec les fameux " marathons " agricoles :

  • Le national  demandait la mobilisation des producteurs pour l'augmentation des prix agricoles au niveau de Bruxelles.
  • Les producteurs demandaient alors les répercussions intégrales sur les cours des produits sans s'intéresser réellement aux marchés et à la place de leurs entreprises sur ces marchés.
Années 70 – 84 : La FDSEA est alors dirigée par les paysans travailleurs

La FDSEA du Finistère est alors dirigée par les paysans travailleurs. La FDSEA reste toujours adhérente à la FNSEA mais elle est dissidente des positions majeures de la FNSEA. Elle travaille de façon interdépartementale , notamment avec le Morbihan et la Loire-Atlantique. Le Conseil d'administration de la FDSEA, officiellement unitaire, a aini en son sein deux lignes d'orientation et les débats sont houleux en interne.

Les faits marquants :

  • C'est l'époque de la révolution fourragère et de la mise en place des plans de développement.
  • En 1970, le Finistère comptait 34 000 producteurs de lait.
  • En 1972, c'est la Grève du lait à l'initiative du courant "Comité de Redon " (Finistère, Morbihan et Pays-de-la-Loire) appartenant à l'" interdepartemantal ".
  • A partir de 1975 : le syndicalisme finistérien revient progressivement dans le giron de la FNSEA à travers le CDJA .
    • L'équipe CDJA est alors composée de Pierre Autret, Jean-Pierre Le Verge, Jean-Claude Le Gall,...
  • En 1976, la France devient structurellement exportatrice.
  • En 1978, la taxe de coresponsabilité (lait) décidée par Bruxelles est farouchement combattue par l' " interdépartemental ".
1983 : De fortes tensions aux élections Chambre d'agriculture

De fortes tensions co-existent entre les différentes tendances dans le Finistère. Quatre listes se présentent aux élections :

  • la liste CDJA menée par Jos Le Breton,
  • la liste FDSEA menée par Guy Le Fur (dont faisaient partie René Quéméré et Jean-Paul Bizien),
  • la liste " Paysans travailleurs " menée par René Ferec,
  • la liste MODEF menée par François Traon.

Jos LE BRETON emporte l'élection à 1 siège près .

Mai 1984 : Scission au sein de la FDSEA

C'est l'époque de la mise en place des quotas laitiers. A l'appel de la FNSEA, une manifestation est organisée à Laval pour demander au gouvernement français d'abonder l'enveloppe européenne destinée à financer les cessations laitières.

Le Président de la section laitière demande en Conseil d'administration d'organiser l'appel à la mobilisation. Raymond Hénaff, alors Président de la FDSEA à la suite de Guy Le Fur, informe que le Bureau en avait discuté le matin : le Bureau de la FDSEA a décidé de ne pas mobiliser .

Le Président de la section laitière demande le vote du Conseil d'administration : le Bureau est mis en minorité .

Les minoritaires, qui étaient contre la " restructuration ", décident alors de quitter la FDSEA, et créent l'UDSEA qui se ralliera à la Confédération Paysanne en 1987.

Le nouveau Président de la FDSEA est Guillaume Roué qui représentait alors le CDJA au sein du Conseil d'administration FDSEA.

1991 : Changement de Président à la Chambre d'agriculture

Jos Le Breton devient Président de COOPAGRI et quitte le poste de Président de Chambre d'agriculture, et propose Guillaume Roué pour lui succéder. Guillaume Roué devient Président et Gildas Conanec devient Secrétaire de la Chambre d'agriculture du Finistère.

1995 : La Chambre d'agriculture devient d'obédience Confédération paysanne

Les paysans du Finistère votent majoritairement contre la liste FDSEA , alors caricaturée comme de " mouvance libérale porcine ".La FDSEA et le CDJA se retrouvent au sein de la Chambre d'agriculture avec :

  • 4 élus au Collège exploitants : Guillaume Roué, Gildas Conanec, Jean-Alain Divanac'h et Gilbert Milin.
  • 2 élus au Collège des organisations syndicales : Thierry Merret et Jean Tromeur.
1995-2000 : Le temps de la reconstruction

1995 :  le séisme est grand pour tous

Au sein de la FDSEA, alors présidée par Gilbert Milin, le séisme est grand pour tous. Certains administrateurs souhaitent évincer les éleveurs de porcs de toute responsabilité syndicale .
En 1995, lors de l'élection du Conseil d'administration, un éleveur de porcs est élu Secrétaire Général. Un administrateur fait alors une intervention pour reprocher le type de la production et la taille de l'exploitation de ce producteur.L'éleveur démissionne. Il n'y aura pas de Secrétaire général pendant 1 an.

1996 : Un nouveau bureau est constitué

Alors que l'ambiance est délétère, un nouveau bureau voit le jour. Le Président est Gilbert Milin , le Secrétaire général est François Palut et le trésorier est Thierry Merret.
En Octobre 1996, la FDSEA se sépare de son Directeur pour faute lourde (détournement avéré de près de 200 000 F et mauvaise gestion).

La FDSEA du Finistère se retrouve sans Directeur, en situation de dépôt de Bilan.

1997 : La priorité est à la remise à flot financière avec l'équipe administrative.

Il faudra une année complète pour remettre la FDSEA sur les "rails" :

  • Effacement ou étalement des dettes.
  • Emprunt sur 10 ans.
  • Réforme du barème des cotisations syndicales.
  • Réorganisation administrative et développement des prestations de service payantes.
  • Mise en œuvre d'une véritable stratégie d'opposition professionnelle vis-à-vis de la Chambre d'Agriculture et de l'UDSEA – Confédération Paysanne.

1998 : Gilbert MILIN souhaite passer la main

Un nouvelle équipe voit le jour autour de Jacques Jaouen , devenu Président. Le Conseil d'Administration est renouvelé (arrivée d'une grande partie de l'équipe CDJA des années 90 - 94). Le Secrétaire général est Thierry Merret et le Trésorier est Michel Adam.

  • Réorientation syndicale, à travers un rapport d'orientation "L'agriculture en danger ? Propositions pour un pacte moral" qui fonde les bases de l'action syndicale des années suivantes.
  • Création d'un poste d'animateur syndical, chargé de la communication interne et externe.
  • La presse quotidienne tronquant les messages de la FDSEA du Finistère, décision de l'envoi d'une lettre mensuelle (recto-verso) à tous nos adhérents.

1999 : les 1ers Etats Généraux des Agriculteurs du Finistère

Toujours minoritaire à la Chambre d'Agriculture, et non soutenue par la presse départementale, la FDSEA, à la demande de son Conseil fédéral, rallie le soutien de toutes les organisations économiques et organise les 1ers Etats Généraux des Agriculteurs du Finistère, le 24 novembre 1999. Alors que les secteurs volailles, légumes et porcs traversent une conjoncture difficile, plus de 5 000 paysans se rassemblent dans le calme pour dire leur fierté d'être paysans et faire part de leurs doléances :

  1. La reconnaissance du rôle économique et social des paysans du Finistère et de leur identité.
  2. Le droit à la liberté d'entreprendre, une agriculture moins administrée.
  3. Le droit à un revenu provenant de la rémunération des produits agricoles.
  4. La mise en place de règles d'équité internationales, marchandes, qualitatives, environnementales et sociales.

2000 : Suite aux Etats Généraux

  • La FDSEA élabore un vaste projet de communication régionale, afin de promouvoir les paysans et leur métier. L'ensemble des organisations économiques approuve le projet, mais ne fait pas le pas de le financer.
  • La FDSEA embauche un animateur dont la mission est de redynamiser le réseau des syndicats locaux et cantonaux.
  • La FDSEA passera de 2 000 adhérents en 1999 à 3 400 en 2003.
2001 : Victoire de la liste menée par la FDSEA et le CDJA aux élections Chambre d'agriculture

Grâce à un travail de terrain de 3 ans, à une défense efficace des paysans, à une campagne électorale de proximité (80 réunions locales en 3 semaines) et à la constitution d'une liste représentative, la liste "Finistère d'Avenir" menée par la FDSEA et le CDJA remportent haut la main les élections Chambre d'Agriculture du 31 janvier 2001 : 6 085 voix, soit 63,29 % des suffrages , avec un taux de participation de 71,25 %.

Jacques Jaouen devient Président de la Chambre d'agriculture et Michel Adam, Président de la FDSEA .

La perte en 1995 de la Chambre d'agriculture, interlocuteur privilégié des Pouvoirs publics, a eu des conséquences fâcheuses pour l'agriculture et l'agro-alimentaire finistérienne et bretonne : notamment, l'application de la circulaire Voynet – Le Pensec et la fragilisation politique de la Bretagne agricole.

2001 - 2005 : La FDSEA s'affirme comme force de proposition et de revendication
  • La FDSEA s'affirme comme force de proposition et de revendication , à côté d'une Chambre d'Agriculture qui joue pleinement son rôle consulaire de vulgarisation et de représentation du monde agricole.
  • La FDSEA renforce son action syndicale , sur le plan local, départemental et régional.
  • En 2003, la FDSEA investi dans la communication de réseaux agricole et non agricole par une prise de participation majoritaire au sein de la SOPROMAB (Forum " Agriculture et Société " à Brest).
  • En 2005, la FDSEA décide de renforcer son réseau syndical en créant une Commission " Vie de réseau ".
2005 : Michel Adam passe le relais à Thierry Merret

Thierry Merret devient Président de la FDSEA et Michel Adam, qui avait souhaité passer la main, en devient 1er vice-Président. Le Secrétaire général est Ronan Le Meur et le Trésorier est Gilles Tanguy.

La FDSEA réforme alors son barème de cotisation syndicale en le basant sur le statut juridique de l'exploitation. Afin d'améliorer la notoriété et l'image de marque de l'adhésion syndicale, la FDSEA met en place la carte " Moisson ", crée un site internet et un site extranet pour ses adhérents, et renforce la qualité de ses services à l'adhérent .

Enfin, la FDSEA complète ses compétences en matière de droit communautaire et de droit des contrats qui doivent permettre d'affiner nos réflexions et nos orientations.

2007 : nouvelle victoire

En 2007, la liste menée par la FDSEA et le CDJA remporte les élections Chambre d'agriculture avec 60,45% des suffrages pour un taux de participation de 73,44%. Jacques Jaouen est ré-élu Président de la Chambre d’agriculture et devient Président de la Chambre régionale d’agriculture.


2008 - 2009 : L’engagement des producteurs au cœur des réflexions

En 2008, la FDSEA affirme sa volonté de travailler sur la place des producteurs dans l’organisation économique.
Au niveau de son organisation interne, la FDSEA engage un audit des services.

En 2009, la FDSEA valorise ses actions en mettant en place un livret des acquis syndicaux plus facile à diffuser servant de support pour l’adhésion et les Assemblées Générales cantonales.
Le rapport d’activités de l’année est également remis par écrit au cours de l’assemblée Générale départementale.
Cette même année, la FDSEA, JA et Finistère Remplacement, membres fondateurs, créént de Partag’Emploi, le groupement d’employeurs départemental agricole et rural.
L’AEF se professionnalise et se développe sur le territoire de Morlaix.
Au regard du dysfonctionnement du marché des engrais azotés, la FDSEA réalise une offre d’achats groupés d’ammonitrate qui permettra notamment d’assainir le marché.

2010 - 2011 : Un développement des compétences au sein de la FDSEA 

Pour redonner un souffle à l’engagement syndical, la FDSEA rédige en 2010  un rapport moral rappelant les fondements du syndicalisme agricole qui s’intitule : « Pour des paysans nombreux, syndiqués, décomplexés, modernes, unis et fiers de leurs actions ! ». (faire le lien hypertexte)

La FDSEA innove en complétant ses compétences en matière d’Hygiène Sécurité et Conditions de Travail (HSCT). Premier fédération départementale à avoir une chargée de mission HSCT, la FDSEA développe l’accompagnement des employeurs notamment au niveau du document unique des risques (DUER) et propose des offres d'achats groupés d’Equipements de Protection Individuelle.
La FDSEA complète également ses compétences en matière d’environnement et de connaissance de l’amont de la filière.
La FDSEA intervient de plus en plus dans les écoles sur la thématique des transferts fonciers.

En 2011, au travers d’Agri-formation 29 (Association FDSEA/JA), la FDSEA développe ses interventions dans des formations auprès des agriculteurs (Certiphyto, filière laitière, droit du travail, foncier et structures, etc).

Philippe Quillon prend la suite de Gilles Tanguy et devient Trésorier de la FDSEA.

2012 : Un renforcement des actions collectives à caractère juridique - « Agir pour ne pas subir ! »

A l’initiative de la FDSEA, la FRSEA entame une action en justice pour défendre les éleveurs bretons victimes d’une entente anticoncurrentielle sur le marché des phosphates alimentaires.

En 2012, la FDSEA compte trois administrateurs à la FNPLait : François Plougastel, Pascal Crenn  et Serge Le Doaré (qui entre au bureau en 2012).

Une enquête est menée auprès des adhérents sur la FDSEA et ses services.
Agri-formation 29 (Association FDSEA/JA) s’engage dans une démarche de certification des services.

Depuis 2002, la FDSEA se met à jour de ses cotisations nationales, ce qui lui permet d'avoir en 2008, via des mandats régionaux, deux administrateurs à la FNSEA ainsi que 10 représentants dans les commissions de la FNSEA ou dans les Associations spécialisées. Une représentation nécessaire pour être écouté.

Retrouver toutes les idées que défend la FDSEA du Finistère

Aujourd'hui, le mot d'ordre est : " Il n'y aura pas d'économie régionale prospère avec une agriculture en décadence. "

 

Retour à la page d'accueil Contacts Glossaires Haut de page Page précédente Page Suivante Imprimer  

La FDSEA du Finistère
au service des paysans


Une économie régionale prospère avec l'agriculture

Dans les années 60, le mot d'ordre du monde agricole était :
" Il n'y aura pas d'agriculture prospère dans une économie régionale en décadence ".
Aujourd'hui, nous sommes convaincus que :
Il ne peut y avoir une économie régionale prospère avec une agriculture en décadence...  "


Plus forts ensemble !